C’est pour ça que de garder ses enfants ?

Première réunion du cours préparée. On nous donne beaucoup de cartes : sur chacune il y a le mot clé d’un sujet (travail, produits pour bébés, couple, corps, péridurale, cordon ombilical, etc.). Nous devons faire un travail de groupe : choisir parmi les nombreux billets ceux avec les problèmes que nous aimerions aborder pendant le cours.

A la fin de notre travail (dans lequel il apparaît que nous aimerions parler de presque tout !), une future mère partage avec nous tous un sujet sur lequel elle aimerait avoir plus d’informations, mais qui n’est pas présent parmi les nombreux post-its : les droits des enfants enfants de couples non mariés. Le sujet n’est pas attendu dans le cours préparé mais, puisque nous découvrons que nous ne sommes pas tous mariés, immédiatement la sage-femme nous dit qu’elle organisera une mini-séance informative.

De retour à la maison, je commence à googler sur le sujet et de découvrir qu’il est d’intérêt pour plus de couples considérés avant tout qu’il est récemment publié un nouveau projet de loi sur cette question. Sur Internet, je trouve tout, donc j’ai eu une discussion clarifiante avec Silvia Cagna, particulièrement sensible au sujet du droit de la famille, pour en apprendre davantage sur les différences juridiques entre les enfants nés d’un couple marié et ceux nés de parents non unis dans le mariage .

Voici les questions que je lui ai posées et ses réponses.

Quelles sont les nouvelles les plus importantes de la nouvelle loi garantissant les droits des enfants nés de couples non mariés ?

Le décret législatif du 28 Décembre 2013 n. 154 a achevé le processus de modification des dispositions en matière de filiation, déjà initié en vertu de la loi 219/2012, l’élimination de toute discrimination restée dans notre ordre entre les enfants nés dans le cadre du mariage et ceux nés hors de celui-ci et d’assurer ainsi l’égalité juridique totale de celui-ci.

Dans substance, nous en sommes venus à l’affirmation de l’unicité de l’état de l’enfant et, par conséquent, à la suppression des références dans les normes aux enfants « légitimes », « naturels » ou « adoptifs », maintenant définis simplement « enfants ».

Au-delà de l’aspect purement terminologique, c’est dans le contexte le plus concret que l’importance de la réforme apparaît.

En fait, déjà depuis quelques décennies, le fils naturel possède les mêmes droits et devoirs qu’un fils légitime, mais seulement envers maman et papa.

En fait, il a toujours été estimé que les autres relations de parenté devraient assumer le lien matrimonial des parents, en l’absence de laquelle l’enfant ne peut être légalement reconnu aucune relation avec ses frères et sœurs, grands-parents et oncles.

La nouvelle loi est intervenue sur ce point même, reconnaissant enfin le fils naturel pleins droits héréditaires et affective non seulement envers les parents mais aussi tous les autres parents.

Plus précisément, cela a conduit à l’abrogation du soi-disant droit de commutation en chef à des enfants légitimes, qui leur a permis de satisfaire en argent ou en biens immobiliers héréditaires la partie due aux enfants naturels qui ne s’y opposaient pas : de cette façon, les enfants nés hors mariage ne pourront plus pour être liquidé, mais entrera pleinement et avec le même mérite que le légitime dans la communion héréditaire.

Un autre aspect sur lequel la réforme se répercute sur ses effets est la succession entre frères : aujourd’hui, en fait, le frère naturel peut contribuer à l’héritage du frère né du même parent, mais dans la constance du mariage, si celui-ci meurt plus tôt, ne laissant aucun enfant. Et vice versa.

En outre, la nouvelle loi offre une protection et une assurance au droit des grands-parents d’entretenir des relations importantes avec les petits-enfants, permettant aux premiers de faire appel devant le tribunal au cas où ils seraient empêchés d’exercer ce droit.

Si le couple célibataire se sépare, quels droits l’enfant aura-t-il ?

Étant donné que les couples dits de facto ne sont pas pleinement protégés par notre ordre, de nombreux parents craignent qu’à la fin de la cohabitation, leurs enfants ne subissent un traitement autre que ceux qui sont nés dans la constance du mariage.

Leur crainte est cependant sans fondement, d’autant plus qu’à la lumière de la nouvelle loi : les enfants nés de parents cohabitant – on le répète – ont les mêmes droits que ceux nés de parents mariés, c’est-à-dire être entretenus, éduqués, éduqués et assistés moralement, dans le respect de leurs capacités, de leurs inclinations naturelles, et les aspirations.

Dans le cas de la séparation du couple non marié, exactement comme pour le couple marié, il s’agira d’établir une un régime équilibré de garde des enfants, qui, en règle générale et sauf exception, doit être partagé, avec le placement en vigueur avec l’un des parents, auquel la maison peut être attribuée à la famille (même si la propriété exclusive de l’autre parent), et une concurrence adéquate pour l’entretien de celui-ci par le non -localiser le parent.

La Réforme a également introduit une équation substantielle du traitement procédural de tous les enfants : l’ancienne loi diversifiait, en fait, le sort des enfants légitimes de celui des enfants naturels, sur l’hypothèse commune de la rupture du projet de vie unitaire des parents, investissant la décision sur le premier par le tribunal ordinaire de première instance et la décision sur le second par le tribunal des mineurs ; maintenant, D’autre part, tous les litiges relatifs à la fin d’une relation de fait entre les parents (placement familial, visites, fréquentation, contribution aux enfants mineurs) sont compétence de la Cour de droit commun.

Que se passe-t-il en cas de décès d’un parent ? Comment l’héritage est-il distribué ?

Notre système n’accorde pas aux cohabitants les droits de successeur les uns aux autres : le cohabitant ne peut donc obtenir une part d’héritage qu’à travers un héritage réalisé par le défunt par testament.

Dans la succession, l’existence ou non du lien matrimonial n’a toutefois aucun rapport avec les enfants.

En cas de décès d’un parent qui n’a pas fait de testament, c’est la loi elle-même qui détermine qui sont les personnes à qui l’héritage est attribué. Ces personnes sont appelées « successeurs » : elles sont le conjoint, les descendants (c’est-à-dire les enfants), les ascendants (c’est-à-dire les parents), les collatéraux (c’est-à-dire les frères et sœurs), les autres parents du défunt et enfin l’État.

En général, la part à faveur de l’enfant du défunt dépend du nombre d’autres enfants et de la présence ou non du conjoint : spécifiquement, en l’absence de la figure du conjoint, s’il n’y a qu’un enfant, alors tout l’héritage est dû à cela ; s’il y a plusieurs enfants, l’ensemble de l’héritage doit être partagé à parts égales entre eux.

Quels sont les avantages juridiques d’un enfant né de parents mariés ?

On peut dire aujourd’hui que l’enfant d’un couple marié n’a aucun avantage (légal et non) par rapport à celui d’un couple célibataire.

Les intérêts de l’enfant doivent être protégés indépendamment du statut des parents : en outre, les enfants sont tous égaux et des obligations envers eux, ainsi que leurs droits, naissent pour que le fait lui-même ait été créé par leurs propres parents.

Souhaitez-vous plus d’informations à ce sujet ? Ecrivez comme un commentaire à ce post les questions que vous souhaitez poser à l’avocat !

Merci à l’avocate Silvia Cagna pour avoir contribué à cet article.

As-tu aimé cet article ? Ne manquez pas les prochains articles de « Maman dans la ville », suivez le PageBook !

Tag : calculer le prix d’une babysitter